Notez

Chronique du Tome 2 de "28 secondes en 2012"


L’histoire

Avant tout

Ce que j’avance et ce que j’écris ne sont que mes avis et mes déductions. Je ne m’engage pas à la place de l’auteur qui garde un droit de regard et de réponse.

Les deux tomes

L’écriture

J’aime la plume de l’auteur qui est capable de décrire le rêve le plus fou, la course pour la vie, la guerre de la colère, la victoire de l’amour, l’union des âmes, le désir de vivre ou même l’envie de changement quitte à tout remettre en cause et tout abandonner.
Les mots sont utilisés, pesés, étudiés, utilisés toujours de la bonne façon. Ils sont à la fois ajustés selon l’histoire, les personnages et le but à atteindre.
J’aime la façon dont les mots coulent, les phrases s’articulent, les idées germent, les histoires se déroulent s’appuyant souvent dans un retournement de situation, pour déboucher vers une fin allant d’une logique implacable à la plus grande des surprises.
Résumons : j’aime l’écriture de Yann (si je peux me permettre d’appeler l’auteur par son prénom).

Les idées

Je ne connais pas l’auteur. Je l’ai comme ami Facebook, je regarde ses publications sur ce même média, j’ai échangé quelques mots toujours sur le même canal, mais avant tout, j’ai lu ses deux livres.
Pour moi, l’auteur ne cherche pas à nous implanter ses idées, il ne tente pas de nous faire déprimer avec les malheurs du monde, il ne cherche pas à nous culpabiliser de notre immobilisme ou même de notre aveuglement sélectif.
L’auteur ouvre nos yeux sur des problèmes qui ont été, qui sont et certains pour lesquels nous sommes complément ignare. Par contre, l'auteur nous démontre comment ses protagonistes arrivent à passer outre, oublier leur douleur, leur colère et évoluer.
L’auteur cherche à nous faire réfléchir sur ce qu’il se passe dans le monde et aussi sur ce qui se déroule devant nos yeux. Si certains arrivent à survivre à l’enfer, à supporter des horreurs comment ne pouvons-nous pas passer outre nos petits tracas ou surmonter nos pires problèmes ?

Amour

L’amour est le mot clé de ce livre. Il apparait 123 fois dans le tome 1 et 163 fois dans le tome 2

Le tome 2

Par rapport au tome 1

J’avais pensé trouver le tome 2 dans une parfaite continuité du tome 1, ce qui n’est pas le cas. Même si c’est la suite logique du tome précédent avec la même mécanique, mais avec un carburant différent.

Récits

Le tome 1 était ancré dans le réel. Dans certaines histoires on pouvait se dire : cela est-il commercialisé ? Ne serait-ce pas des technologies en cours d’études ? Est-ce le rêve d’un quelconque visionnaire ?
Le tome 2 bascule plus facilement dans le fantastique, allant du possible à l’impossible en passant par l’improbable.
Les textes sont aussi plus étoffés et réclament dans certaines histoires plus d’attention afin d’appréhender au mieux le texte et les idées de l’auteur.

Mon classement

J’ai sélectionné sept histoires : Le top 3, l’inclassable, celle que je n’ai pas aimée, celle qui mérite de devenir un film et enfin la mention spéciale « Secret de l’ange ».

Numéro 3 : 16 — Les oreilles

Quelques notions : Le pardon, la compréhension et l’amour.

Numéro 2 : 18 — Les gamètes

Quelques notions : L’amour, la passion, le handicap et la reproduction.

Numéro 1 : 23 — Le squelette et les dents

Quelques notions : La différence, la séparation, l’amour et le pardon.

L’inclassable : 17 — Le cerveau et ses ondes

Seule histoire intégralement écrite à la première personne.
Dans un premier temps, j’ai été déstabilisée puis j’ai été ensuite tour à tour attirée, passionnée, jalouse et enfin remplie de questionnement.
En vérité, la seule chose que je rajouterais c’est : « Enfant du soleil qui parcours la terre le ciel, cherche ton chemin, c’est la vie c’est ton destin… »

Celle que je n’ai pas aimée : 19 — Les cycles de la vie

Cette histoire se passe dans une station orbitale, ce qui n’est pas la raison de mon rejet.
Passé le passage de la joue, j’ai eu l’impression d’être devant ces vieux films de science-fiction du milieu du vingtième siècle. Ces vieilles séries B que l’on ne regarde pas pour l’histoire et encore moins la qualité de ses effets spéciaux. Et pourtant il nous est impossible de ne pas regarder, de ne pas aller jusqu’au bout et de recommencer quelque temps plus tard.
J’ai cru comprendre où voulait aller l’auteur sans pour autant accéder à la compréhension ultime.
Dire que je n’ai pas aimé me parait maintenant extrémiste, je pense seulement que l’auteur est allé trop loin à mon goût, mais je retiens de cette histoire le besoin et la nécessité d’évolution que ce soit physique ou spirituel.

Celle qui mérite de devenir un film : 25 — La transversalité

Alalalalala quelle découverte, cette histoire renferme tellement de notions :
— L’immensité de la chine
— De nouvelles insultes (Œuf de tortue ! Fille de cocu !)
— Le sens du devoir
— Le respect des ordres
— L’amitié
— Le sacrifice
— L’amour
— La castration
— La roue des constellations
— Le jeu de mah-jong

La mention spéciale « Secret de l’ange » : 27 — Les poils du nez

Ne vous êtes-vous jamais demandé comment les fœtus percevaient leur cocon maternel, les interactions avec leurs parents, avec leur frère et sœur, en fait du monde extérieur ? 
Gardons-nous des souvenirs de ces neuf mois passés rythmés par leur cœur de notre mère ?
Chut, c’est un secret.

Jivan

28 secondes, il reste 28 secondes avant que le bus de Jivan arrive et le conduise vers sa famille qu’il n’a pas vue depuis douze années.
Alors que dans le tome 1 il est notre objet d’étude, il devient dans le tome 2 plus acteur. Dans le tome 1, nous admirions son corps pour comprendre certaines notions : comment fonctionnent la vue, le système immunitaire… avec quelques idées de Jivan sur certains détails et quelques éléments de sa vie.
Dans le tome 2, on réalise à quel point Jivan a évolué durant son voyage, non pas seul, mais avec l’aide des personnes qu’il a rencontrées pendant son parcours. Il se révèle extrêmement plus complexe, jouissant d’une force d’écoute, d’appréciation, d’appréhension que nous devrions lui envier.

La fin

La fin est un feu d’artifice à vous couper le souffle, mais un conseil, lisez-le avec l’esprit alerte.
Mes pauvres références
Les mystérieuses cités d’or
Il était une fois la vie
Star strek

28

Yann, j’ai bien compris l’importance du chiffre 28 dans toutes les histoires et surtout dans la 27.
Mais il reste tout de même un concurrent sérieux au 28 et c’est le 42.

      Un long moment s’écoula avant que quelqu’un ne reprenne la parole.  Du coin de l’œil, Schnocdlu pouvait apercevoir l’océan des visages expectatifs, en bas sur la place. Il murmura :  — On va se faire lyncher, hein ?  — J’avoue que la mission était délicate, observa avec douceur Pensées Profondes.  — Quarante-deux ! cria Debilglos. Et c’est tout ce que t’as à nous montrer au bout de sept millions et demi d’années de boulot ?  — J’ai vérifié très soigneusement, dit l’ordinateur, et c’est incontestablement la réponse exacte. Je crois que le problème, pour être tout à fait franc avec vous, est que vous n’avez jamais vraiment bien saisi la question.  — Mais c’était La Grande Question ! La Question Ultime de la Vie, de l’Univers et du Reste ! mugit Debilglos.  — Oui », répondit Pensées Profondes, du ton de celui qui doit supporter vaillamment des imbéciles. « Mais quelle est-elle au juste ?  Un silence stupéfait gagna lentement les deux hommes comme ils contemplaient l’ordinateur puis se dévisageaient.  — Eh bien… si tu veux, c’est simplement… euh… enfin, tout ça… tout ça… enfin, tout le reste…, hasarda faiblement Schnocdlu.  — Exactement ! dit Pensées Profondes. Ainsi donc, une fois que vous connaîtrez exactement la question, vous saurez ce que signifie la réponse.  — Oh ! terrible ! marmonna Schnocdlu en posant son calepin pour essuyer une larme furtive.  — Bon, d’accord, d’accord, intervint Debilglos. Alors peux-tu simplement nous dire, s’il te plaît, la question ?  — La Question Fondamentale ?  — Oui !  — De la Vie, de l’Univers et du Reste ?  — Oui !  Pensées Profondes réfléchit un moment.  — C’est délicat, admit-il.  — Mais peux-tu le faire ? s’écria Debilglos.  Pensées Profondes réfléchit à cela un long moment encore.  Et finalement, dit avec fermeté :  — Non.  Les deux hommes s’effondrèrent sur leur siège, en proie au désespoir.  

Le Guide du Routard Galactique de Douglas Adams – Chapitre 28

28 ? J’ai dit 28 ?

Petit extrait, 27ème seconde

      — Je peux parler un moment à P’tit frère ? Elle s’adresse aux dieux supérieurs…  — Mais oui, bien sûr ma chérie !  Mâmân est vraiment une gentille Mâmân…  Sur le plafond de ma grotte, des lèvres d’enfant se posent au creux de menottes légères comme des ailes d’oiseau.  — P’tit frère ? Tu m’entends ? Écoute… j’ai un secret à te dire… mais tu le répètes à personne, hein ? La voix se fait moins audible et plus mystérieuse. Ben voilà, pour l’instant, t’es mort ! Enfin, t’es pas vraiment mort, mais heu… t’es pas vraiment vivant avec nous non plus ! Alors bientôt, tu vas t’apercevoir que ce que tu vis là, c’est un peu comme un cauchemar, mais en plus gentil. C’est pas la réalité que tu vois en ce moment … y’a un dehors, et t’es juste en train de devenir assez fort pour pouvoir y naître. C’est quand t’auras réussi à déchirer le sac que tu verras la lumière… c’est sûr, au début ça fait mal aux yeux tellement c’est fort, alors garde-les bien fermés surtout ! Et puis, il va falloir que tu cries aussi… si fort, il m’a dit le médecin de Maman, que ça va faire mal aux oreilles ! C’est pour ça que je pourrai pas être là juste quand tu vas sortir. Mais dès que tu auras fini de crier, on viendra te voir avec Larry, Papa l’a promis ! Maintenant, il faut que tu cherches la sortie de secours ; normalement, c’est sous ta tête, là aussi va falloir pousser très, très fort. Et puis, n’oublie pas de faire un bisou à l’ange, d’accord ? Voilà p’tit frère Bonoman… ah, oui ! Je veux aussi te souhaiter bon courage et te dire de bien profiter des derniers instants, parce qu’après, tu pourras plus jamais retourner dans le ventre de Maman… Ah ! Et dernière chose, tu me promets que tu lui feras pas mal en sortant, hein ? Je t’aime p’tit frère… vivement qu’on joue ensemble !  La bouche et les petites mains s’en vont…  
Némy ;-)

    



Articles | Livres | Biographie | Vidéos | Citations | Critiques



Yann Yoro - Auteur du livre évènement "28 SECONDES en 2012"

Yann Yoro - Auteur du livre évènement
Découvrez le site de Yann Yoro et partez à la rencontre de ses pensées, de sa philosophie et de tout ce qui l'a inspiré tout au long de l'écriture des 28 chapitres de son oeuvre. 


Suivez Yann Yoro
Facebook
Twitter
Google+
Viadeo
YouTube



Vidéos



Galerie photos
Seconde 2 - Binh Minh
Seconde 12 - Gloria - Jungle



Dans le forum

Le chiffre 3...

Forum de discussion - Jeudi 9 Février - Yann Yoro

Physique quantique e(s)t conscience

Forum de discussion - Dimanche 17 Mai 2015 - Chrisophe Le Zèbre



Derniers tweets
Yann YORO : https://t.co/wYKOayTTvL
Jeudi 27 Octobre - 13:03