Notez

TAFTA (ou TTIP) : la consécration de la domination des multinationales américaines, canadiennes et européennes est en marche !

Les États-Unis compteront-ils bientôt 78 États : les 50 actuels + les 28 prochains européens ?


La nuisance de l'Union Européenne multipliée par XXX... Bientôt dans nos réfrigérateurs, nos moyens de communication, sur nos factures et notre vie...

CETA cheval de Troie du TAFTA
CETA cheval de Troie du TAFTA
   Nous pensions avoir tout supporté du point de vue de la manipulation qu'exercent les oligarques ?
   Alors, ouvrons les yeux et les oreilles car le projet TAFTA - TTIP risque de laminer le peu de protection qu'il nous restait contre ceux qui ne calculent qu'en milliards de dollars de profits...
   Est-ce vraiment cela que nous voulons pour nos enfants ?

TAFTA : Transatlantic Free Trade Area    
= TTIP :   Transatlantic Trade and Investment Partnership
(Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement)

Quésaco ???...

   TAFTA, le nouveau projet mondialiste euro-américain - possédant simplement une légère nuance géographique par rapport à l'histoire du roman visionnaire et apocalyptique de Georges Orwell 1984 dans lequel il décrit 3 super puissances : Eurasia, Océania et Estasia ; "Big Brother is watching you !", vous vous rappelez ? - est en passe de voir entériné, le 25 septembre prochain, son cheval de Troie, le CETA (accord préliminaire entre l'Union Européenne et le Canada).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_%C3%A9conomique_et_commercial_global
http://www.laquadrature.net/fr/CETA


   Une fois le CETA signé, il sera très difficile de modifier les dispositions du TAFTA, son grand frère, annoncé pour 2015 ou 2016.

   Un appel urgent est donc lancé pour que chacun réagisse, en prévision du désastre économique et culturel annoncé :
   - une "relance de la croissance prévue de 0,09 % sur 7 ans" (soit 0,01 à 0,05 % par an, ce qui est franchement ridicule)
   - contre :
  • Une menace majeure pour la liberté d'expression en ligne, une insécurité juridique pour les acteurs de l'Internet et un dédain méprisant pour les droits d'auteur (le texte reprend souvent mot pour mot celui très controversé d'ACTA, pourtant rejeté par l'UE en juillet 2012 grâce à la pression du peuple !).
  • La "suppression des quotas d'importations", ce qui signifie que les pêcheurs bretons et les agriculteurs catalans auront le choix entre disparaître ou bien appliquer les mêmes tarifs que ceux des armadas des pêcheries de l'Alaska (qui va devoir écouler ses futurs stocks de poissons radioactifs, merci Fukushima !) et des exploitants des milliers de kilomètres carrés de champs transgéniques du Montana ou du Colorado ; sans oublier la production de viande aux hormones des horribles élevages extensifs, ainsi que le déversement des cochonneries chimiques dont les sociétés comme Monsanto sont les plus importants fabricants mondiaux et qui ont déjà contaminé pour des décennies les sols de l'Amérique Latine et de nombreux pays d'Afrique et d'Asie.
  • La main-mise sur le système de défense européen déjà ébranlé depuis l'OTAN (à ce propos bravo à notre président François Hollande d'avoir décidé d'envoyer des soldats français en Irak pour essayer de réparer les méfaits américains ! (Ça c'est du second degré sur de l'actu toute fraiche !)).
  • Une menace majeure pour l'environnement - rappelons que les USA n'ont jamais signé le protocole de Kyoto ni celui de Rio -, ainsi que pour la transition énergétique pourtant tant attendue (art. X8 : "...les réglementations environnementales ne seraient acceptées que si elles tiennent compte des informations scientifiques et techniques pertinentes..."). "Pertinentes" pour qui ???
  • La suppression des "barrières non tarifaires" : de quoi parle-t-on ici ? Eh bien, ni plus ni moins que des normes sociales, sanitaires, alimentaires, environnementales (gaz de schiste en exemple) et techniques, ainsi que des services publics ! C'est énorme, tout notre cadre de vie peut-être balayé au profit des réglementations les plus basses, et quand on constate par exemple l'état de la protection sociale aux États-Unis, il y a de quoi prendre peur.
  • Et - cerise sur le gâteau - la préservation de l'hégémonie bancaire de Wall Street, car Obama refuse d'inclure le système bancaire américain dans cet accord ; il préfère bien entendu continuer à infliger des amendes records aux banques européennes, comme celle que BNP-Paribas vient de recevoir. Un bien bel indice pour savoir à "qui le crime profite ?"
http://stoptafta.wordpress.com/2014/09/10/premiere-analyse-du-texte-de-laccord-ue-canada/


https://www.youtube.com/watch?v=BItStf96mKs

   TAFTA est en fait l'aboutissement de nombreuses années de tractations entre les grands groupes financiers et les multinationales commerciales qui veulent étendre leur pouvoir de lobbying industriel et financier par le "démantèlement ou l'affaiblissement de toutes les normes" chèrement acquises depuis plusieurs décennies. On voit très bien ce que la mondialisation exacerbée et hors conscience a créé depuis 50 ans : appauvrissement financier ou intellectuel et mise en esclavage de l'immense majorité au profit d'une outrageante explosion des bénéfices pour une minuscule minorité.
   Je précise encore une fois que je n'ai personnellement jamais adhéré à un parti ni à une idéologie politique d'aucune sorte, que je ne suis pas un anti-américain primaire et que je ne veux pas en rajouter à la morosité ambiante générale, mais force est de constater que ce capitalisme sans cœur a déjà plongé le monde dans une situation dont il aura bien du mal à sortir. Ce traité nous passera les menottes, comme l'a déjà fait la création de l'Europe ; car ce ne sont pas des élus qui gouvernent Bruxelles (les députés ne sont là que pour faire écran), mais bien les 28 commissaires de la Commission Européenne, et les banques. Demandez aux grecs ce qu'ils en pensent...
   J'en veux pour preuve que c'est cette même Europe qui essaye de faire passer ce texte - "au plus vite" d'après François Hollande - alors que c'est presque le même que celui d'ACTA qu'elle a dû abandonner il y a 2 ans, et que c'est cette même Europe qui  vient de refuser l'Initiative Citoyenne (demandée par 230 mouvements de 21 pays de l'Union) visant à faire abandonner ce projet pharaonique et ploutocratique : 
http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article26777
http://blogs.mediapart.fr/blog/yvon-delasnerie/140914/linitiative-citoyenne-europeenne-ice-un-os-ronger


   La Commission écoute le monde des affaires et de la finance (un RV tous les trois jours depuis 2 ans !) et refuse dans le même temps d'entendre les peuples !

Déclarons-nous hors TAFTA ⤴︎
Déclarons-nous hors TAFTA ⤴︎
   Pourquoi TAFTA fait-il peur ?

- Négociations menées dans une discrétion suspecte...
- Estimations de croissance surévaluées...
- Risque de destruction d'emplois identique à celle qui a suivi la création de l'Europe...
- Destruction des services publics au profit de la privatisation intégrale...
- Fin de la souveraineté des États dans de multiples domaines (agriculture, environnement, industrie...)...
- Libéralisation des OGM et autres hormones de croissance dans l'alimentation...
- Arrêt des décisions sanitaires comme en Uruguay où Phillip Morris réclame plusieurs milliards de dollars au gouvernement pour cause de campagnes anti tabac, ou en Allemagne où l'entreprise suédoise d'énergie Vattenfall demande 4 milliards d'euros de dédommagement au gouvernement du fait qu'il a décidé de stopper le nucléaire suite à l'accident de Fukushima...
- Reconnaissance du Centre International pour le Règlement des Différends relatifs aux Investissements (CIRDI), situé à Washington, comme tribunal d'arbitrage dans les litiges entre les entreprises privées, mais aussi et surtout des investisseurs vers les États ! Or, la Cour composant ce tribunal est issue de la Banque Mondiale (Oh ! quelle surprise...), et ses avocats d'affaires sont connus pour leurs vues néo-libérales...

   Tout ceci est une menace énorme pour le semblant de démocratie qui nous reste, alors partageons ces infos, ne fermons pas les yeux, demain il sera trop tard pour dire "si j'avais su !"



https://www.youtube.com/watch?v=BItStf96mKs 


   Selon l'écrivain initié qu'était Georges Orwell - et que j'ai cité en début d'article -, brouiller les pistes du langage est d'une efficacité redoutable et connue depuis longtemps. Il n'y a qu'à relire 1984 (publié en 1949...) pour s'en persuader :
   " Le but des abréviations de la Novlangue était de rendre impossible tout autre mode de pensée car on remarqua qu'en abrégeant ainsi un mot, on restreignait et changeait subtilement sa signification..."
   
 L'acronyme TAFTA cache bien son jeu malfaisant, c'est si doux le taffetas...



Depuis le temps qu'ils en rêvent...
Depuis le temps qu'ils en rêvent...


SECONDE VINGT QUATRE : Venezuela - Les équilibres métaboliques - Harmonisons les inégalités

"... La voix de Sancho était devenue rauque et, pour la première fois depuis le début de son intervention, il posa un regard sur sa petite mère au sourire édenté qui se tenait à ses côtés, lui tendant affectueusement un troisième verre d’eau, qu’il prit en tremblant… Il lui fallait conclure au plus vite !
 
- « What have we done to the world ? » crie Michael Jackson dans sa Chanson pour la Terre… Qu’avons-nous fait au monde ? Sancho laissa quelques secondes s’écouler afin que le silence revienne dans la salle de réunion, puis il ajouta : l’Amérique est-elle devenue stupide au point de ne pas comprendre les messages de sa marée noire de pétrole à l’Est, de ses gigantesques tornades, inondations et incendies au Centre et du courant noir radioactif qui arrive à l’Ouest ?

- Déséquilibre ! Voilà le problème numéro un de notre « civilisation » ! reprit-il après une brève interruption, car il sentait monter en lui un vertige… Chacun d’entre vous doit bien prendre conscience qu’à l’heure où je vous parle un pour cent de la population mondiale - qui atteint officiellement cette nuit même le chiffre magique de sept milliards d’habitants - possède à lui seul la moitié de la richesse monétaire et arable de la Planète, alors que la moitié de l’humanité ne dispose, elle, que d’un pour cent de cette manne ! Songez que vingt familles oligarchiques détiennent plus d’argent que l’équivalent du PIB annuel de la moitié des deux cents pays existant sur cette Terre… Certains ont les moyens de s’acheter des dizaines de résidences secondaires coûtant des millions de dollars, alors que cet argent pourrait permettre de reloger les habitants de bidonvilles entiers, si seulement cette maladive soif de l’or et du pouvoir était curable ! Par ailleurs, la communication et la centralisation n’ont jamais été aussi importantes - et j’en veux pour preuve les quatre cents milliards de messages électroniques échangés quotidiennement, ainsi que le regroupement des États en super-États à l’image de l’Union Européenne, ou encore de l’ALENA (Accord de libre-échange américain entre le Canada, les États-Unis et le Mexique), du TAFTA pour le marché transatlantique, du MERCOSUR pour l’Amérique du Sud, de l’ASEAN pour l’Asie, du COMESA pour l’Afrique, de l’ALECE pour l’Europe centrale, ou du CARICOM pour les Caraïbes -… Et pourtant, les dépressions, la solitude grandissante et le manque de compréhension dont souffrent les individus, confrontés à une peur collective alimentée par les médias complices, font qu’un milliard de dollars est dépensé chaque jour pour l’achat de drogues illicites, qu’une personne se suicide toutes les vingt-huit secondes et que l’on pratique quatre-vingt-quatre avortements chaque minute qui passe… Il est tout aussi incohérent que deux milliards d’êtres humains souffrent de sous-nutrition quand cinq cents millions sont obèses et le triple en surpoids, que la moitié de la population mondiale cherche obstinément une once de sécurité, d’hygiène ou d’éducation élémentaire tandis que l’autre se gave de niaiseries télévisuelles abrutissantes, et qu’on ait pu jeter cette année douze millions de tonnes de produits toxiques dans la Nature pendant que plus de cent mille espèces animales et végétales disparaissaient de la surface du globe. Et, toujours en un an, on a construit et vendu soixante millions de voitures, trois cents millions de téléviseurs, quatre cents millions d’ordinateurs et deux milliards de téléphones, alors que trois milliards d’hommes traités en esclaves - en « sous-humains » - vivent avec moins d’un dollar par jour, et qu’un milliard de nos sœurs et frères n’ont même pas accès à l’eau potable…"

Extrait Seconde 24 - Tome 2 - Roman 28 secondes en 2012
© Yann Yoro

"28 secondes en 2012" : 2 tomes, une épopée, 28 histoires...
"28 secondes en 2012" : 2 tomes, une épopée, 28 histoires...
"... Sancho termina son verre d’eau, tout en priant pour tenir encore quelques minutes sans défaillir…
 
- Oui, Mesdames et Messieurs, je comprends votre réaction, car il s’agit d’un sujet extrêmement sensible, presque tabou. Nous sommes pourtant bien obligés d’admettre que c’est en ayant validé la perte de leur pouvoir régalien d’émettre la monnaie que les gouvernements ont généré ces fameuses dettes qui empoisonnent aujourd’hui le monde, comme en ayant accepté le principe que ce droit soit transféré au profit d’une banque centrale propriété d’actionnaires privés s’abritant derrière de prétendues lois d’indépendance antitrust… L’argent n’existe que parce que les dirigeants empruntent auprès de ces organismes bancaires des sommes qu’ils s’engagent à rembourser avec intérêts, se mettant ainsi dans l’obligation d’exploiter le travail de leurs concitoyens ! Les grands financiers internationaux et les tentaculaires mafias politiques ont en effet réussi le spectaculaire tour de force de « privatiser » les bénéfices, tout en « socialisant » les pertes ! Et c’est désormais une véritable fuite en avant qui permet que la totalité des impôts sur le revenu de certains pays, au lieu d’être utilisée à la construction de routes, d’écoles ou d’hôpitaux, soit exclusivement employée au paiement de ces intérêts (et je ne parle même pas du capital…) qui « tombent » dans les poches de ceux qui détiennent déjà tout ! Si l’État avait continué à battre sa monnaie et à prêter aux banques, alors les milliards d’intérêts annuels perçus serviraient à financer les services publics au lieu de fuir vers les paradis fiscaux ! Pouvez-vous seulement imaginer le monde dans lequel nous pourrions vivre ?
 
Nous sommes en train de rendre nos enfants et tous leurs descendants esclaves de ce mécanisme sans fin, car ils vont devoir rembourser des sommes pharaoniques, sans aucun espoir d’arriver à solder un jour les dettes inconsidérées de leurs parents ! Pourquoi personne ne parle-t-il de cette incroyable machination ? Peut-être simplement car « si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin », avait un jour ironisé Henry Ford… Et en fait, si l’actuel budget militaire américain - avec ses huit cents milliards de dollars - est le plus énorme plan de crédit jamais adopté dans l’histoire du monde, et qu’il totalise à lui seul la somme de toutes les dépenses de la Planète en matière de guerre, ce n’est probablement pas sans l’arrière-pensée qu’il faudra sans doute un jour maîtriser cette révolte, y compris sur le sol américain ! Et lorsqu’on y ajoute certaines fractions de budgets octroyés à d’autres ministères, mais utilisées dans les faits à des actions « paramilitaires », ainsi que les moyens grandissants de l’OTAN - bras armé du gouvernement mondial occidental -, on approche la somme impressionnante de trois milliards de dollars par jour pour assurer la « sécurité » des USA, et indirectement et accessoirement celle de ses alliés, Angleterre, Commonwealth et Israël en tête !
 
Vous constaterez, entre parenthèses, qu’il y a largement là de quoi éradiquer définitivement la famine dans le monde entier… Et enfin, vous en conviendrez, les paroles d’Henry Kissinger - porte-parole des hommes de l’ombre pour le gouvernement des États-Unis depuis cinquante ans - prennent sous cet éclairage tout leur sens : « Aujourd’hui, l’Amérique serait outrée si les troupes des Nations Unies entraient dans Los Angeles pour restaurer l’ordre. Demain, ils en seront reconnaissants ! » À bon entendeur… La loi martiale n’est peut-être pas si loin ?..."

Extrait Seconde 24 - Tome 2 - Roman 28 secondes en 2012
© Yann Yoro

"... Sancho se tut. Les démangeaisons étaient de plus en plus intolérables, de même que la soif, à laquelle s’ajoutait désormais un irrépressible besoin d’uriner.
 
Le grondement de l’honorable assemblée qui assistait sur les trois écrans géants à la téléconférence donnée par ce jeune homme des quartiers défavorisés de Caracas - et qui n’avait pu se déplacer à Rio du fait de l’aggravation de son diabète - se transforma en une clameur contestataire mêlée d’acclamations de plus en plus enthousiastes. Le public se scindait maintenant en deux factions tout à fait représentatives du déséquilibre du monde : les « initiés » et les « innocents ». Sancho sut qu’à cette seconde les masques venaient de tomber, et que tous pourraient désormais juger de la réelle position de chacun sur l’échiquier de la destinée. La présidente de séance fit de nouveau retentir son maillet pour réclamer le silence, tout en signalant sèchement à l’intervenant qu’il lui restait moins de quatre minutes de temps de parole. Celui-ci reprit le fil de son discours, bien qu’il sentît sa vision se brouiller et son cœur s’emballer.
 
- Ce néolibéralisme sauvage (ou post-colonialisme moderne camouflé !) avait été condamné en son temps par le président John Fitzgerald Kennedy, qui décida en juin 1963 d’abroger le décret de 1913 et de redonner au Congrès le droit de créer sa propre monnaie-argent - les United States Notes au sceau rouge, si prisés des collectionneurs -, par la signature de l’executive order 11110 qui mettait fin au privilège de la Réserve fédérale. Et, preuve subjective s’il en est besoin du suprême intérêt que les plus hautes instances pouvaient porter à cette décision de JFK, son vice-président et successeur Lyndon Baines Johnson décida de faire retirer immédiatement ces dollars - en circulation depuis moins de six mois - et ce, à partir de l’avion Air Force One qui le ramenait de Dallas à Washington, quelques heures seulement après l’assassinat du courageux Président… dont je rappellerai ces quelques paroles : « Nous sommes confrontés, à travers la Planète, à une conspiration massive et impitoyable, fondée principalement sur des moyens cachés pour étendre sa sphère d’influence : l’infiltration au lieu de l’invasion, la subversion au lieu des élections, l’intimidation au lieu du libre arbitre, les guérillas de nuit au lieu des armées de jour »..."

Extrait Seconde 24 - Tome 2 - Roman 28 secondes en 2012
© Yann Yoro

Informons-nous avant qu'il ne soit trop tard...
Et interpellons les députés :
https://www.policat.org/validate/0000487575-23790241703


"Bonjour,

 

Je viens d'interpeler les parlementaires sur la clôture de l'accord UE-Canada. Voici plus d'information sur cette initiative lancée par Attac et l'AITEC :

 

L’Accord économique et commercial global  (“Comprehensive Economic Trade Agreement”, CETA), négocié depuis 2009 entre l’Union  Européenne et le Canada, est sur le point d'être conclu. Par bien des aspects, CETA constitue un test, un cheval de Troie du traité transatlantique (TAFTA). 

 

Cet accord sera finalisé, sauf opposition des États membres lors de la réunion du 12 septembre du Comité Politique Commerciale (CPC) du Conseil de l'Union Européenne ; il contient pourtant tous les aspects «à risque» dans l'accord transatlantique:

 

- la transparence des négociations n'a jamais été améliorée et l'accord va être entériné sans consultation des instances élues, 

 

- l'accord libéralise des pans nombreux des échanges euro-canadiens, notamment des filières agricoles sensibles ou les marchés publics,

 

- des dispositions qui gèleront les privatisations de service public existantes, et empêcheront la définition de nouveaux services d'intérêt général gérés dans le domaine public,

 

- le mécanisme de règlement des différents investisseurs États, présent dans le chapitre Protection des investissements,

 

- un chapitre consacré à la «coopération réglementaire» qui risque de doter des instances échappant au contrôle démocratique de la capacité d'organiser l'harmonisation de normes cruciales pour la santé publique, l'environnement, la sécurité des consommateurs... 

 

Les initiatives et prises de position se multiplient heureusement à travers l'Europe:

La France compte 77 collectifs locaux Stop TAFTA et  69 collectivés «hors TAFTA» ou en vigilance - dont  les régions Nord, Picardie, Île-de-France, Franche-Comté, Limousin et Provence-Alpes-Côte d'Azur. 

https://www.collectifstoptafta.org/collectivites/

https://www.collectifstoptafta.org/collectifs-locaux/

 

 

Nicole Bricq, alors ministre du commerce extérieur, [déclarait en novembre 2013] http://stoptafta.wordpress.com/2013/11/22/traite-transatlantique-nicole-bricq-repond-a-attac/   «J’ai moi-même dénoncé à plusieurs  reprises l’opacité des négociations en cours et continuerai de le faire  autant que nécessaire.»

 

Bernd Lange, le porte parole du groupe S&D au parlement Européen sur les questions commerciales s'est dit contre l'inclusion du mécanisme de règlement des différents investisseurs-États dans TAFTA. Il a [déclaré] http://www.socialistsanddemocrats.eu/newsroom/sds-want-investor-state-dispute-mechanism-out-eu-us-trade-and-investment-agreement-ttip   «Accepting the ISDS would mean opening the door for big corporations to enforce their  interests against EU legislation. This would deprive states of crucial  policy space in important fields such as health or environment.»

 

David Martin, membre Écossais de l'Alliance progressiste des socialistes & démocrates au Parlement européen (S&D) [déclarait] https://www.techdirt.com/articles/20140717/03325427904/top-eu-politicians-call-taftattips-corporate-sovereignty-provisions-to-be-removed.shtml   en juillet 2014 «Les socialistes étaient fiers de leur implication dans la naissance de TAFTA, et nous ne voulons pas être son assassin, et je veux dire clairement à la Commission que si nous devons l'être, nous le serons. Et c'est pourquoi nous voulons que la Commission écoute avec attention nos craintes.»

 

Pour plus d'information, vous pouvez vous rendre à l'adresse suivante : https://france.attac.org/se-mobiliser/le-grand-marche-transatlantique/article/ceta-le-cheval-de-troie-du-tafta

 

Merci et bonne journée !"

 





Articles | Livres | Biographie | Vidéos | Citations | Critiques



Yann Yoro - Auteur du livre évènement "28 SECONDES en 2012"

Yann Yoro - Auteur du livre évènement
Découvrez le site de Yann Yoro et partez à la rencontre de ses pensées, de sa philosophie et de tout ce qui l'a inspiré tout au long de l'écriture des 28 chapitres de son oeuvre. 


Suivez Yann Yoro
Facebook
Twitter
Google+
Viadeo
YouTube



Vidéos
Yann YORO | 27/04/2014 | 1666 vues
55555  (7 votes) | 0 Commentaire



Galerie photos
Seconde 9 - Solveig
Seconde 12 - Gloria - Jungle



Dans le forum

Le chiffre 3...

Forum de discussion - Jeudi 9 Février - Yann Yoro

Physique quantique e(s)t conscience

Forum de discussion - Dimanche 17 Mai 2015 - Chrisophe Le Zèbre



Derniers tweets
Yann YORO : Bonjour bonsoir... Cela fait bien longtemps que je ne suis pas venu par ici... Mais j'avais une belle... https://t.co/sXcLJ54OCA
Mercredi 8 Novembre - 08:38